Connerie

Publié le par rava alava

.

         Une des innombrables conneries trouvées sur Internet

 

 « Le chimiste en a assez. Assez des critiques, des quolibets, des reproches. Assez de l'injustice. C'est décidé, le chimiste arrête la chimie! Maintenant, il faudra se débrouiller sans lui.
« Tout le monde va approuver cette décision, à commencer par l'écologiste. Mais que va-t-il se passer réellement ?

« Tout d'abord, la diminution de la pollution atmosphérique sera... pratiquement nulle. Faute de chimiste pour raffiner son pétrole, l'individu abandonnera son véhicule. Faute de carburant, la petite reine reviendra à l'honneur. Mais l'absence d'entretien des routes aura des conséquences dramatiques. La fabrication du bitume résultait d'une formulation chimique. Et la fabrication des pneus résultait aussi d'une formulation chimique.
Faux : Il existe des liants non chimiques (utilisés depuis les Romains, et peut être même avant) et aussi solides que le béton, sans ses inconvénients, et qui pourraient parfaitement revêtir les routes.
D’ailleurs pour quoi faire, vue que l’on aura plus besoin de voitures.
Petite anecdote : Rubens a utilisé pour enduire ses toiles… du bitume… Ça n’était évidemment pas le même qu’aujourd’hui, mais ça existait déjà, ainsi que la térébenthine et le plâtre.  

« Le premier hiver ne posera pas trop de problèmes, compte tenu des réserves de fuel que l'individu avait faites. Mais le deuxième hiver, faute d'approvisionnement, l'individu optera pour le tout électrique, grâce à l'énergie fournie par les centrales nucléaires. En l'absence de contrôle chimique, ces centrales présenteront... quelques dysfonctionnements. Et l'individu jugera utile d'abandonner cette source d'énergie.
Faux : Faudrait savoir ? Si on abandonne la chimie, ça n’est pas pour se servir du fuel ou de l’électricité nucléaire…. Et puis si l’on change de vie, les besoins changeront inévitablement.

« Le mécontentement se généralisera rapidement. Sauf pour l'écologiste, qui détectera enfin une diminution de la pollution, jusqu'au jour où les réactifs chimiques nécessaires à ces contrôles viendront à manquer. Il sera alors définitivement impossible de procéder à tout contrôle de la pollution.
Faux : Plus besoins de réactifs, vue qu’ils ne seront plus nécessaires…Plus de voitures, plus de pétrole, etc…

« Le troisième hiver sera encore plus rigoureux. L'individu redécouvrira les moyens de chauffage de ses ancêtres. Le charbon, d'abord. Les chaudières bricolées à l'occasion ne permettront pas une combustion complète. De nombreux cas d'intoxication à l'oxyde de carbone seront enregistrés.
Je me suis chauffé au charbon pendant des années et n’ai jamais eu de problèmes. Il suffit d’être prudent. Si l’on faisait une étude des décès dû au chauffage au bois ou charbon je ne suis pas sûr qu’ils soit supérieurs aux accidents du à l’électricité (incendies, électrocutions, explosions, etc.…)

« Le chimiste ne contrôlant plus la pollution, la moitié des forêts seront détruites par les pluies acides. Mais le pays disposant d'un patrimoine forestier important, l'individu décidera de se chauffer au bois. Mais l'exploitation des forêts cessera alors rapidement. L'absence de moyens chimiques pour combattre les parasites du bois entraînera l'abandon définitif de ce mode de chauffage.
Faux : Les pluies acides diminueront forcément jusqu'à disparaître vue que l’on polluera moins.
Pour ce qui est des forêts, ça n’est qu’une question de gestion intelligente.
Il existe des moyens écologiques de combattre les parasites, pour le même coût et aussi efficaces.

 « L'individu changera aussi ses habitudes gastronomiques. La carence des antioxydants lui permettra de redécouvrir le goût du pain rance ! Comme il ne disposera plus de conservateur, il devra consommer vite.

Faux : L’individu confond (ou ne sait pas de quoi il parle. Je doute qu’il soit chimiste), le beurre peut être rance, pas le pain, qui lui rassit ou moisit. Le pain préparé de façon traditionnel se conserve mieux et bien plus longtemps que le pain industriel

« Faute d'engrais, le rendement de la production végétale chutera vertigineusement. Sans compter avec l'abandon des pesticides.

Faux : Il existe des méthodes écologiques aussi performantes que les chimiques. Tout comme les animaux ont leurs propres prédateurs, les plantes aussi. Décidément le narrateur a de sérieuses lacunes. Pour ce qui est de la culture intensive, elle n’existera plus, c’est elle qui est responsable de la pollution des sols.

« Fruit de la synthèse chimique, les médicaments ne deviendront qu'un vague souvenir... Adieu la pilule contraceptive, adieu l'aspirine ! Les maladies et la mortalité gagneront la partie.
Faux : Il existe des antibiotiques naturels et aussi puissants que les chimiques.
Notamment ceux tirés du miel des abeilles. Et bien d’autres produits encore.
(Il existe des médicaments naturels non seulement efficaces, mais sans effets secondaires).

« L'individu changera même ses habitudes vestimentaires. Ce sera le retour aux fibres naturelles : la laine, d'abord, tant qu'on saura encore soigner les moutons ; et un peu le coton en suite. Enfin, tant qu'il restera assez de produits phytosanitaires pour sauver les récoltes...
Faux : Sauver les récoltes ne sera pas nécessaire, car comme il n’y aura plus d’importations, il n’y aura plus de contaminations. (Le doryphore vient des Etats-Unis). Et là aussi il existe des méthodes naturelles efficaces.

« L'individu retrouvera alors le besoin de communiquer avec son prochain. Mais sans le travail du chimiste, plus d'encre, plus de papier, plus de téléphone, plus d'ordinateur, et surtout, surtout... plus de télévision !
Faux archi faux: Plus de télé…On s’en fout, vue que l’on changera de vie, donc de besoins…
Pour l’encre et le papier, ils existaient bien avant la chimie… (Comment peut on rédiger un tel article avec autant de lacunes, à moins qu’il ne s’agisse de mensonge….).

« L'individu déclarera alors la situation intolérable ! Dans ces conditions, il reviendra à de meilleures considérations, et reconnaîtra le bilan positif de l'action du chimiste. En contrepartie, le chimiste reprendra ses activités, respectant l'homme et son environnement, et garantissant un avenir radieux aux générations futures ! »
Faux : C’est la culture intensive qui est la cause des pollutions agricoles (pesticides, engrais chimiques, etc.…) Tous ces produits existent au naturel et au même prix.
Tout ceci n’est qu’une question de gros sous……
0/20 au rigolo qui a rédigé ce texte. J’ai de sérieux doute sur l’authenticité d’une telle bafouille qui a mon avis ne relève pas d’une personne très compétente, ou en tout cas très mal informé. Il existe sur Internet de fausses publications tendant à affirmer de soi disantes vérités premières sous couvert scientifiques, mais qui sont en réalité un ramassis d’affirmations erronées et manquant sérieusement de références. Ces tentatives de bourrages de crâne se retrouvent aussi en politique. Dernièrement une personne affirmait que She Guevara était pédophile et torturait les enfants avant de les tuer.
Idem en ce qui concerne Gandhi oû l’on tente de faire croire qu’il était un homme violent ????
Ce genre de connerie est à classer au même niveau que la littérature révisionniste.
La seule question que l’on peut se poser à la lecture de ce papier, est la somme que le rédacteur de cet article a perçu des industries chimiques.

PS : Je ne saurais trop conseiller aux instigateurs de ce genre d’ânerie de mieux choisir à l’avenir l’individu qui rédigera leur prochain article.

 

Publié dans OPINIONS

Commenter cet article

nini 08/04/2005 21:44

je suis partiellement d'accord avec toi, parce que moi sans mon ordinateur je serais un peu amputée. mais je pense comme toi que l'on peut ménager la chèvre et le chou, il faut juste virer de l'équation le facteur fric. mais là c'est une autre histoire

Rava 08/04/2005 11:43

Je vais tenter une réponse…
Pour des raisons financières, les industries ne tiennent pas à mettre sur le marché certains médicaments. On a échappé à l’interdiction de l’homéopathie sous prétexte que cette méthode n’était pas prouvée scientifiquement, alors que l’on soigne des animaux avec, et on sait très bien que chez les animaux il n’y a pas d’effet placebo.
L’espérance de vie est avant tout liée aux conditions de vies.
Sur les hauts plateaux (je ne sais plus oû) les habitants vivent en moyenne jusqu'à plus de 100 ans, car ils respirent une atmosphère plus saine, et mènent une vie en harmonie avec l’environnement.
La pollution, la nourriture, l’hygiène, jouent un rôle très important dans la longévité.
Je me soigne depuis des années avec des médecines naturelles car je suis allergique à toutes formes de chimie, même dans l’alimentation. Je n’ai donc pas le choix.
Pour ce qui est de la duré de vie, j’ai à cet égard une conception particulière avec laquelle on peut ne pas être d’accord, mais c’est la mienne…
Vivre longtemps n’a pas de véritable intérêt, quand on est jeune on aimerait être éternel, mais avec l’age le point de vue change…
Si vivre longtemps c’est finir comme le pape ou certains vieux atteints de maladies dégénérescentes…très peu pour moi…
Je ne suis pas contre la chimie, mais à condition qu’elle soit en adéquation avec notre environnement, et ça c’est possible, mais voila, le fric d’abord…
Beaucoup de gens utilisent des produits sans savoir qu’ils proviennent du milieu naturel, La digitaline par exemple qui est le principal médicament des cardiaques, le curare utilisé pour les anesthésies, etc…

Rava 08/04/2005 00:37

pourquoi l'espérance de vie dans les pays où l'on n'a pas accès à ces médicaments est de 60 ans maximum?
De quels médicaments parle tu ? Chimiques ou naturels ?
Je ne comprends pas la question ? A quels médicaments ont-ils accès ou pas ?

Matthieu 07/04/2005 18:56

Je suis à peu près d'accord avec toi. Mais y'a un point qui me dérange: les médicaments. Si les médicaments non issus de la chimie sont efficaces, pourquoi l'espérance de vie dans les pays où l'on n'a pas accès à ces médicaments est de 60 ans maximum?