Le Dimanche

Publié le par alava

Ce jour là il fallait s’habiller, se mettre sur son trente et un…

Et nous partions à Paris passer le Dimanche chez la tante Clotilde et le tonton.
Le tonton était le prototype même du mec sympa qui ne disait jamais rien, la pipe au bec, la casquette à carreaux et le petit coup de rouge.
La tante elle, était du genre autoritaire (une ancienne contremaître), l’air un peu revêche dans le style des dessins de Sempé. Grande gueule et militante communiste. Mais le cœur sur la main. Ils aimaient bien manger  bien boire, et  faire leur tiercé, auquel ils ne gagnaient jamais. Bref, de vrais Parigots.
Ils habitaient au dernier étage d’un vieil immeuble délabré dans un quartier cosmopolite.
L’appartement, enfin si on peut appeler ça comme ça, était constitué d’une pièce couloir avec les toilettes sur le palier. Toilette à la turc évidemment.
C’était petit, il n’y avait q’une chambre, et le fameux couloir servait de cuisine.
Dans cette « cuisine » une cuisinière à charbon pour chauffer le tout.
Pas de douche, juste un évier pour faire sa toilette et la vaisselle.
Ça n’était pas le luxe, ils avaient pourtant les moyens de vivre ailleurs,
mais ils se plaisaient là, alors pourquoi changer ?
Mes parents trouvaient ça invraisemblable, mais bon.
Pour pouvoir dîner tous ensemble, on installait la table dans la chambre, prés de la fenêtre ouverte. Il faisait chaud, mais Paris était encore respirable. Pendant que nous dînions, je pouvais voir les passants dans la rue, les pigeons, et les quelques voitures. A cette époque la circulation était encore raisonnable. Du quartier nous parvenaient des odeurs de poulet frites, le brouhaha du bistrot  et l’accordéon musette. Tout un folklore. Les titis parisiens, les joueurs de boules, les amoureux sur les bancs, l’ouvrier en marcel qui lavait sa 4 chevaux sur les bords de la seine. La garde républicaine qui passait régulièrement sur les quais, les bouquinistes. Toute une ambiance…
Je compris pourquoi ils n’avaient pas envie de partir…Maintenant qu’ils ne sont plus de ce monde, s’ils voyaient ce qu’est devenu leur quartier. Leur vieil immeuble a été démoli et remplacé par une tour, la plupart des bistrots son fermés, la circulation est devenue tel, qu’il est difficile d’ouvrir sa fenêtre sans être incommodé par le bruit et la pollution. Plus d’accordéon, ni de joueurs de boules et encore moins de titi Parisiens…
Les dealers se donnent rendez vous au seul bistrot du coin ou l’on peut encore s’envoyer un petit rouge…Plus d’odeurs de poulet frites, mais les gaz d’échappement, le brouhaha est remplacé par les gueulantes des putes qui se font tabasser par leur mac, l’ouvrier ne lave plus sa bagnole dans la Seine, c’est interdit et en plus il risquerait de la salir… Sa bagnole, pas la Seine…

L’accent des titis Parisien a disparu…Les amoureux ont été remplacés par les sdf…
Toute une époque s’est envolée avec l’âme de ces quartiers.
Doisneau est mort………………………

Publié dans Divers

Commenter cet article

monsieurouge 20/06/2006 17:23

un peu comme la chanson de Brassens... "au village sans pretention j'ai mauvaise reputation...." ce n'est pas en etant punk ou anarchiste que je sort du monde.... c'est en quelques sorte en etant conscient de mon etat d'esclave et en choisisant consciemment mon maitre... :)

Rava 19/06/2006 17:44

>MonsieurougeSortir du monde ? Ça demande des explications…

Flyingtoxin 18/06/2006 23:32

Bon sang ! C'est de l'écriture réelle, ça passe ce que tu dis, on s'y croirait, on y est. C'est Cavanna et Brassens
Madame Nostalgie disait monsieur Serge...
Salut l'artiste, adieu Paris
 

ann 17/06/2006 11:11

C'est moi qui lui ai conseillé de lire tes tranches de vies. Il a pas l'air comme ça mais il est très mignon Barberouge je l'adore. Sauf qu'il n'aime pas non plus les dessins que je t'avais envoyé... c'est son seul défaut...

monsieurouge 16/06/2006 13:03

je vien de lire toute tes tranches de vie, c'etait pationnant, je comprend pourkoi ta peinture me derange tant, elle m'indispose, me met mal a l'aise... enfin j'ai une sensation desagreable méllé d'admiration, mais bon je pense que tu prendra ça comme un compliment, le but de l'expression plastique et de creer un sentiment chez le contemplateur... par tes reçit de drogue je me suis reconnu a une epoke, non pas que j'ai essayé toute les substance citée, j'ai heureusement pas eu a toutes les essayer car dans mon entourage c'etait tout a fait normal, et ayant l'esprit de contradiction, je me rebellais en etant a peu pres net... et honette...
ta peinture et ton histoire m'on touché durement et desagreablement.... et je me conforte la voi ke j'ai choisis, c'ets a dire sortir du monde! ;)
bonne continuation